Exposition « Beauté Congo 1926-2015 » de la Fondation Cartier

Exposition « Beauté Congo 1926-2015 » de la Fondation Cartier…

Du Congo Kinshasa, je ne connaissais que peu de choses : Koffi Olomidé, Papa Wemba, Tshala Muana, la Rumba, la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnalités Elégantes), Mobutu, les coups d’état, les guerres civiles, la corruption et une situation politique extrêmement instable…
Les affiches dans le métro parisien de l’exposition « Beauté Congo 1926-2015 », ont capté mon attention dès que mon regard s’est posé sur cette image montrant un homme et une femme, à la mine enjouée, dansant aux rythmes d’une chanson que l’auteur de l’œuvre nous laisse imaginer…
Avec Beauté Congo, c’est un autre visage de la RDC que j’ai pu admirer.
Celui de ses plus grands musiciens tels que Joseph Kabasele du African Jazz Independance, auteur de la célèbre chanson « Indépendance Cha Cha », précurseur de ce mouvement musical né durant la période des indépendances.
Celui de ses artistes peintres des années 60, issus de l’école d’Elisabethville, dont certaines de leurs œuvres ont été exposées : Jean Bosco Kamba, Sylvestre Kaballa, Norbert Ilunga, Kayembe…
On peut également observer les premières peintures sur papier faites par des artistes congolais. Leurs auteurs sont Albert et Antoinette Lubaki, un couple né tous les deux vers la fin des années 1800… Peintures reproduisant la faune et la flore de cet immense pays, aux richesses inestimables.
Cette exposition retrace également l’histoire politique mouvementée du Congo au travers de journaux satiriques. Dans des pamphlets écrits en francais et en linghala, on lit les noms de Joseph Kasa Vubu, Patrice Lumumba, Maréchal Mobutu, Laurent Kabila…
Des années d’instabilité politique, ont transformé « Kinshasa la Joyeuse » qui accueillit le chanteur James Brown, les boxeurs Mohamed Ali et Foreman, en « Kinshasa la poubelle ». Une situation scandaleuse pour un pays qui regorge de ressources minières. Et c’est cela que dénoncent les tableaux des peintres contemporains engagés, comme Chéri Samba pour qui l’Afrique prend le visage d’un vieil enfant. Un enfant d’âge mûr ,qui refuse de sortir du ventre de sa mère, et qui bien installé dans son utérus, se demande s’il est vraiment indépendant… Vaste question… L’indépendance ne signifie-t- elle pas prendre ses responsabilités ? S’imposer comme maître de son destin et ne surtout pas l’abandonner à d’autres ???!!!…
Chéri-Chérin décrit le parlement congolais comme le lieu de réunion des « Parle Menteurs des Partis Pourritiques ». Une assemblée d’animaux de la savane, dirigée par un singe… Plutôt dire une foire !
On comprend bien le combat mené par ces artistes, contre les maux qui gangrènent leur pays et bien d’autres en Afrique. Des maux qui ont pour noms : la corruption, la prédation économique, la monopolisation du pouvoir politique… La confiscation de l’avenir de tout un peuple !
Pierre Bodo reste tout de même confiant sur le futur. Son tableau « L’Afrique de demain » montre des astronautes africains à la conquête de l’espace.
« Tôt ou tard, le monde changera… » Une phrase on ne peut plus vraie, une note d’espoir de l’artiste Shula.
Cette soirée riche en rencontres et en émotions s’est achevée sur un concert de jazz de la magnifique chanteuse Helmie Bellini.
Artiste congolaise au talent prometteur. Bon vent à toi…
Beauté Congo ! Une exposition à voir absolument !

Beauté Congo 2015 025 Beauté Congo 2015 006 Beauté Congo 2015 004 Beauté Congo 2015 002 Beauté Congo 2015 001