Un rêve devient réalité…

OLYMPUS DIGITAL CAMERAUn rêve devient réalité…

Le tome 1 de ma trilogie « Des Hommes et des chaines » sortira en librairie le 11 mai 2015.
Un rêve devient enfin réalité…
Cinq longues années se sont écoulées depuis ce soir d’hiver 2010 où le personnage de Landing a pris corps dans mon imagination.
Ce n’est pas un hasard si mon histoire se déroule en Casamance, puisque je suis originaire de cette région. Il s’agit donc, en quelque sorte, d’un retour aux sources…
A travers ce roman j’ai essayé d’imaginer une Casamance originelle, quasi vierge de toute influence extérieure. Une Casamance où les esprits sacrés sont encore omniprésents dans tous les aspects de la vie des hommes, bien avant l’arrivée de l’Islam et du Christianisme.
Comment vivait-on dans ce royaume ? Quelles étaient ses institutions, son organisation politique et sociale ? Quel était le quotidien des jeunes hommes durant le stage initiatique dans la forêt sacrée ? Comment se déroulait une cérémonie de mariage, de baptême, un jour de marché, des funérailles ?… Voilà comment, à partir des questions anodines en apparence, j’ai bâti ce livre.
Voyageant à travers les siècles et les époques, largement inspirée par mes lectures sur l’histoire des peuples de Casamance ainsi que par tout ce qui m’a été raconté sur ce territoire, je me suis laissé guider par mon imagination.
Ainsi naquirent les Kajan, les Abay, les Lanta, les Dingka, les Jago.
Une fois le décor installé, il ne me restait plus qu’à créer mes personnages. Ligne après ligne je les ai vus prendre forme. Ambitieux, impitoyable, dominateur, criminel, cruel, affectueux, protecteur, amoureux, en eux se révèle toute la complexité des rapports humains qu’on ne se lassera jamais d’explorer.
Même si je m’appuie sur des faits historiques, je tiens à rappeler qu’il s’agit avant tout d’un roman qui, je l’espère, permettra au lecteur de joindre l’utile à l’agréable.

Enfin j’ai tenu mon livre entre mes bras…

Copie de Not in my name 034Not in my name 051

Not in my name 037

Le salon de Genève s’est achevé hier soir et me voilà de retour à Paris.
Durant ces deux jours, la consultante en informatique a cédé la place à la romancière qui a pris grand plaisir à présenter son œuvre au public et à signer des dédicaces.
Le stress des premières heures, novice que j’étais dans ce type d’exercice, a vite fait place à un immense sentiment de joie, de plénitude même, au contact d’un public qui nous a réservé un accueil chaleureux.

Le prix Kourouma a été décerné cette année à un jeune sénégalais, Mohamed Mbougar Sarr, auteur de « Terre Ceinte », dont le jury a salué le talent. Bravo à toi.

L’aventure continue pour moi… Ma vie de consultante reprendra demain et je m’en irai sur mon lieu de travail, l’esprit encore empli de belles images de ce salon.

 

  • 1
  • 2